Le Partenariat au cœur du projet

Renforcer les communautés éducatives

partenariats-etablissement-scolaire-acteurs-ville-association

Des partenariats entre établissement scolaire et acteurs de la ville

L’un des enjeux majeurs du programme est de renforcer les liens entre le collège et son environnement. Mission Papillagou n’est pas un outil pour un « one shot » : le but est (aussi) d’aider les enfants à repérer sur leur quartier des ressources aidantes et à leur écoute ; de renforcer le partenariat entre ces structures locales et l’établissement scolaire ; et de pérenniser l’action dans le temps. Mener à bien un tel projet requiert une organisation solide qui exige de :
Le programme Mission Papillagou offre un cadre de rencontre entre des structures sociales, sanitaires et éducatives et des établissements scolaires autour d’intérêts communs :
La mise en œuvre du projet suppose une conviction partagée, entre les intervenant·es et l’équipe éducative de l’établissement scolaire, que les deux objectifs (amélioration de l’estime de soi et amélioration du climat scolaire) vont de concert. Mission Papillagou peut être un levier pour développer d’autres actions par la suite (accompagnement renforcé des jeunes, actions de prévention, lien avec les familles, séjours…). La mise en œuvre du programme au sein des collèges :

L’action requiert du temps : 9 heures d’intervention par classe, mobilisant plusieurs adultes, auxquelles s’ajoutent les temps d’organisation et de planification de l’action et de formation des stagiaires. Cet investissement en temps, pour qu’il ne se fasse pas au détriment d’autres missions, justifie des recherches de financement spécifiques.

Pour mener à bien le projet, les acteurs de la ville nouent des partenariats :

La mobilisation de stagiaires est pertinente. En effet, participer à une telle action, après avoir bénéficié d’une formation préalable, est très formateur pour les futur·es professionnel·les. La mobilisation de stagiaires suppose d’avoir convaincu les équipes de formateur·trices que ce stage permettra aux étudiant·es de développer leurs compétences en prévention, compétences transférables dans leur futur cadre professionnel (par exemple dans le cadre de l’éducation thérapeutique du patient pour des étudiant·es en soins infirmiers). Le recours au renfort de stagiaires est positif, car il s’instaure entre ces jeunes professionnel·les et les élèves une relation d’apprenant à apprenant qui favorise les échanges et les liens de confiance.

Un programme déployé en Seine-Saint-Denis et à Paris

Un programme qui s’adapte aux spécificités locales

L’APCIS, association basée à Stains, a élaboré ce programme en 2012, en lien avec la MMPCR. L’association entretenait de longue date des liens étroits avec les collèges de la ville (soutien scolaire, accueil des élèves temporairement exclu·es). ‌Ses interventions dans les collèges sont financées par le Département de la Seine-Saint-Denis (Direction de l’enfance et de la jeunesse), l’ARS et la MILDECA. Elle collabore avec l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) Chaptal (Sarcelles), pour mobiliser, dans le cadre de stages de santé publique, des étudiant·es de 2e année, qui viennent renforcer l’équipe de l’APCIS lors de ses interventions. En 2018, Promosanté IDF a relaté l’expérience menée par l’APCIS et décrit la démarche de l’association dans un « Récit d’expérience ». Par ailleurs, l’association LEA (Lieu Accueil Ecoute) a développé le projet sur un collège de Montreuil.

mission-papillagou-seine-saint-denis
Collèges
Classes
+
Élèves
mission-papillagou-paris
Collèges
Classes
+
Élèves

L’Expérience parisienne

En 2016, un collectif de professionnel·les du 19e arrondissement de Paris, réuni·es au sein d’un Groupe « prévention de l’engagement des jeunes dans les trafics » manifeste son intérêt pour Mission Papillagou et se forment à l’outil. En 2017, Mission Papillagou est expérimenté sur un collège avant que l’expérimentation se diffuse sur d’autres établissements. Des partenariats sont noués avec des instituts de formation pour éducat·eur/rices IRTS Parmentier, CEMEA Aubervilliers – et infirm·ier/ères (IFPS Croix-Saint-Simon). Le projet est intégré à la « Stratégie Parisienne de Prévention des Rixes » et reçoit le soutien financier du Service de la Prévention et de la Lutte contre les Exclusions (SEPLEX) de la Ville de Paris, qui finance un poste de coordinateur du projet (rattaché à l’association APSAJ) pour essaimer le projet sur d’autres arrondissements. Depuis 2020, 25 structures parisiennes se sont associées au projet, ainsi que 13 collèges.